L'enchantement de la Restonica

Au centre nord de la Corse, la Restonica

prend sa source au lac de Melo à 1711 mètres

d’altitude pour creuser la roche au coeur de la

forêt sur près de quinze kilomètres et se jeter

dans le Tavignano, à proximité de Corte.

Partant des hauteurs froides du massif de

Rotondo à Corte, le torrent a sculpté de

superbes gorges, ponctuées de vasques

propices à la contemplation autant qu’à la baignade.

» Un parcours chaotique

Pour profiter de ces charmes, il faut simplement avoir le courage de remonter le courant de la rivière via une route étroite, sinueuse, sans dispositif de retenue, peuplée de vaches et de cochons sauvages et où les croisements sont souvent périlleux. Ensuite, il vous faudra grimper en vous aidant des chaînes et des échelles installées sur la roche pour parvenir au lac de Melo (ou Melu).

              » Jusqu’aux bergeries de Grotelle

Pour autant, pas de panique : la circulation est alternée sur la route lors

de la période estivale, les camping-cars interdits et les vaches et autres cochons

pas si nombreux. Aux mois de juillet et août, vous avez d’ailleurs plus de

chances de tomber sur un bouchon qu’en contrebas de la chaussée.

Ensuite, il suffit de suivre à pied la file de touristes pour aboutir au lac de Melo,

preuve que la courte montée est loin d’être insurmontable. Pensez également

à vous munir de cinq euros pour payer le parking des bergeries de Grotelle.

» 

Progressivement, la montée donne à voir des piscines naturelles de différentes

tailles.

L’eau retenue par ces vasques au milieu d’un courant plutôt rapide invite

à la baignade, d’autant plus que le soleil corse réchauffe eau et roche.

Dans les derniers kilomètres, le paysage se dégage progressivement de sa

végétation forestière. A 1 375 mètres d’altitude, les bergeries de Grotelle

constituent le terminus de la route et un point de transition entre les deux visages

du site. Tandis que les gorges, vertes et parcourues par les eaux vives,

offrait un cadre chaleureux, l’entrée dans le Massif du Rotondo frappe par la froideur de la roche nue.

» La montée vers le lac de Melo

Il faut compter deux heures aller-retour, presque le double pour

le lac de Capitello dans une randonnée encore entourée de verdure dans

les premières minutes. Vous vous rendrez rapidement compte que le parcours sans demander des talents d’escaladeur ni un entraînement intensif,

requiert une bonne capacité physique.  

Ces aspérités sont la dernière étape avant d’accéder au lac de Melo :

à 1711 mètres d’altitude, le lac est entouré de pics rocheux pointant

à plus de 2000 mètres et, malgré les reflets de ces derniers dans ces eaux

bleues, il affiche une certaine froideur. Il suffit par ailleurs de se retourner pour

profiter d’une superbe vue plongeante sur les gorges.

En poursuivant son chemin, on parvient après trois quarts d’heure de marche,

toujours dans les mêmes conditions, au lac de Capitello. A 1930 mètres,

celui-ci est encore plus grandiose : les pics qui le bordent plongent

littéralement dans l’eau, presque à la verticale.

Le lac de Melo

La montée vers la source de la Restonica débute aux portes de Corte et on entre véritablement dans les gorges à partir du camping de Tuani. A partir de ce point, la circulation est parfois limitée. Il convient donc de ne pas tenter ce trajet après 15h. Le paysage forestier au milieu duquel coule la Restonica est plutôt bucolique.

Rapidement, la vue sur les gorges est superbe mais le cadre devient de plus en plus rocheux tandis que les chemins s’effacent. Mais, étant donnée l’affluence, on n’a aucune difficulté pour aller d’un repère à l’autre. Le terrain devient vraiment escarpé au niveau de la barre rocheuse qui tient le lac, mais une chaîne et deux échelles aident alors à gravir les difficultés. Cependant, elles ne sont pas indispensables.

A 1711 mètres,

le lac de Melo est entouré de pics

Vallée de la Restonica

[ Accueil] [Résidence] |[Extérieur] [Intérieur] [Situation] [Les activités] [Vallée de la Restonica] [Tarifs] [Contact ]



www.residence-u-perone.com